Hôtel XVIII° "Maison neuve" Van Robais

A la demande de Colbert, ministre de Louis XIVn la famille Van Robais  crée en 1665 la Manufacture Royale des Rames qui comptera à son apogée 2500 employés. 

 

 

Abraham Van Robais, petit-fils de Josse, construit de 1752 à 1754 la Folie de Bagatelle, sa maison de campagne, ainsi que la maison neuve ou maison Van Robais, grande rue Notre Dame, hôtel particulier de la famille qui servira également à loger les entrepreneurs et leur famille.

 

A la décadence de la manufacture, Ce grand hôtel particulier de brique et de pierre fut vendu à Théophile Van robais, l'un des neveux d'Abraham, et à Duval de Soicourt, le juge qui a condamné le chevalier La Barre en 1766. Ce juge y meurt en dernier le 8 mars 1771. Son fils en hérite et y habite avec son épouse Marie Tillette d'Applaincourt jusqu'en 1782.

L'hôtel est ensuite vendu à Félix Cordier, puis à Édouard De Morgan, homme politique français né en 1803 à Amiens et député de la Somme de 1857 à 1867 qui l'acquiert pour le revendre à son beau-père, Legrand de Gomiecourt , qui fût à l'origine des transformations de la façade.

En 1930, la Banque de France transforme le bâtiment et s'y installera jusqu'en 2005. En 2021, Nicolas Franqueville, ses parents et Damien Maupin rachètent le rez de chaussée et une grande partie des sous-sols. Les étages, la conciergerie, les anciens garages, le bureau du directeur sont vendus en logement.

Les travaux de 1930 par la Banque de France

La Banque de France transforme considérablement le bâtiment, le bas de la façade Sud voit ses ouvertures modifiées. Sur la partie Nord est ajouté un rez de chaussée et en sous-sol la salle des coffres.

Travaux de remise en état 2021

Non occupés de 2005 à 2021 ormis le tournage de quelques films les locaux de la banque sont dans un état dégradé. Une fuite d'eau côté Nord et la manque d'aération ont permis la propagration d'une moisissure noire. De gros travaux de nettoyage et de mise en peinture démarrent les travaux. La plomberie a disparue (vol du cuivre dans les sous-sols), l'électricité est à réviser.

L'ensemble garde toutefois sont authenticité et les associés préservent ce décors art nouveau.